Une période troublée

En cette période troublée d’épidémie, j’éprouve des sentiments divers. Tout d’abord une réelle peur du virus et de la maladie car j’ai déjà connu des affections respiratoires sévères et je sais combien c’est douloureux et angoissant de ne plus réussir à respirer. En tant que malade chronique de Lyme, je sais que je suis plus vulnérable que d’autres aussi je reste chez moi. J’ai l’habitude cependant car souvent malade et je ne m’ennuie jamais car j’ai la chance d’aimer les livres et la couture et j’ai de nombreuses occupations en tant que mère de famille.

Je ressens aussi beaucoup d’inquiétude et de compassion pour les personnes qui ont des petits commerces pour qui quelques jours d’arrêt représentent une catastrophe financière. J’ai peur que cela ruine des petites gens, des petits commerçants, des artisans, dont je suis, et j’ai de la peine pour eux. Je pense à eux.

Je pense aussi aux personnes seules pour qui le confinement est plus difficile à vivre et j’espère que la solidarité sera présente malgré tout pour aider ces personnes.

D’un autre côté, je regarde aussi les informations et les pics de pollution qui se réduisent et je me dis que notre activité humaine a un réel impact sur la nature. Nous nous en rendons compte encore davantage aujourd’hui. Comment faire pour que ce « progrès » ne soit pas associé à une hécatombe économique. Comment réinventer la manière de gagner sa vie sans abîmer la planète dans un cercle vertueux. Voilà le défi qui nous est posé sans doute. Nous savons maintenant que la pollution n’est pas irrémédiable, c’est la chose positive. Qui sait où nous allions et vers quoi nous nous dirigions dans cette course effrénée de production et de consommation … la pollution cause des morts également. Nous nous rendons compte aujourd’hui qu’en mettant en pause nos activités humaines une quinzaine de jours, nous réduisons le pic de pollution, ce qui est absolument étonnant.

En attendant que nos économistes nous proposent de nouveaux schémas, prenez soin de vous car chaque personne est importante et a le droit d’être sur terre. Chaque jour est une occasion d’apprécier une nouvelle chose ou de tendre la main à quelqu’un. Il faut entraîner l’esprit non pas à voir les problèmes mais à inventer des solutions. Je n’y arrive pas toujours mais cela vaut la peine d’essayer. Profitez de ce temps pour faire la paix en vous-même, une paix profonde et durable. Essayez de ressentir cette paix immense qui existe en vous et voyagez au cœur de vous-même afin d’affronter les blessures et les regrets, les doutes et afin de les transformer en une force paisible et sereine. Les agressions extérieures visent toujours à détruire ce que nous avons de profond en nous mais si la paix et la sérénité sont suffisamment ancrées alors vous trouverez des ressources en vous insoupçonnées.


Un très joli extrait de poème pour terminer cet article de blog.

« Au delà d’une discipline saine, soyez doux avec vous-même. Vous êtes un enfant de l’univers, pas moins que les arbres et les étoiles ; vous avez le droit d’être ici. Et qu’il vous soit clair ou non, l’univers se déroule sans doute comme il le devrait.

Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception de lui, et quels que soient vos peines et vos rêves, gardez dans le désarroi bruyant de la vie, la paix dans votre âme.

Avec toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau. Soyez positif et attentif aux autres.« 

Ce texte aurait été trouvé dans la cathédrale Saint Paul de Baltimore en 1692 et serait d’un auteur inconnu.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :